Option théâtre terminale : j’inspire & Shakespeare

hamlet

 

Des nouvelles de janvier !

[…] Je vois le personnage d’Ophélie comme étant jeune, insouciante et surtout insolente, notamment lorsque Polonius lui conseille de se méfier du seigneur Hamlet dont elle est éperdument amoureuse. En effet, Ophélie approuve ce que ses proches lui disent mais, au fond, elle se fiche de ce qu’ils peuvent penser et dire ; elle ne jure que par Hamlet. Dans notre représentation, Ophélie devient le personnage principal puisque c’est sa mort qui en marque la fin. Pour le moment j’ai quelques difficultés à jouer car je ne connais pas très bien le texte. Cependant, je trouve amusant le fait de ne plus être soi-même et d’incarner un personnage. Lisa D.

En ce moment en théâtre, on peine à bien avancer. On n’apprend pas assez notre texte … Néanmoins, j’ai confiance en notre petite troupe de théâtreux ! On est les meilleurs ! Je l’ai dit et je le redirai toujours. Aujourd’hui, Madame Faucher nous a distribué à chacun un exemplaire du texte une fois les coupes effectuées. Je dis alors MERCI à Paul et Alycia qui ont pris du temps pour effectuer ce travail de longue haleine. Moi ça me donne envie de travailler. J’aimerais bien qu’on puisse voir ce que la pièce donnera une fois sur plateau. En ce moment je suis en train de me décider sur quel monologue je vais passer pour le Bac. Je pense que je vais prendre celui qui me fait penser à Léo Vanderlick (ancien élève de l’année dernière). Ce monologue est celui où j’explique à des comédiens le véritable art du théâtre. Je leur apprends comment vraiment bien jouer et non pas simuler une vague émotion comme ils en sont capables. Ce monologue me fait penser à Léo car lors de LEUR pièce, il vient sur scène avec un étrange amas d’objets style Steampunk (comme à son image) et il nous décrit sa passion en y croyant vraiment. Tel un passionné avide de faire partager sa fièvre aux autres. Rien que ce monologue me torture car il me donne envie d’être d’ores et déjà sur scène devant un public, à transmettre ma passion du jeu théâtral. J’ai hâte de voir ce que nous réserve encore cette année de théâtre et j’ai toujours ce même bonheur à me dire  » Yes on est Jeudi, il est 13 heures, on a théâtre ! » Vivement la suite (enfin pas trop vite, c’est notre dernière année quand même !) Zachary D.

A ce stade de l’année, j’ai déjà choisi le personnage, dans la pièce Hamlet, que j’allais incarner : le roi Claudius. Je ne l’ai pas fait seul. En effet, ma professeur encadrante m’a orienté vers ce personnage. Je pense qu’incarner ce personnage pour moi est un grand défi, car ce personnage a beaucoup de caractère, s’affirme, a une grande présence dans la pièce ; mais le problème est que je ne me lâche pas suffisamment dans le jeu théâtral, je dois être plus sévère, plus sanguin et prendre plus confiance en moi, et j’en ai conscience car, durant ma scolarité, on m’a souvent reproché d’être réservé et timide mais cela a changé dès mon arrivée en seconde car j’ai compris qu’il fallait que je change et j’ai fait le plus gros du travail sur cet aspect de ma personnalité, il me reste maintenant à tout donner dans le jeu pour aboutir et approfondir ce travail que j’ai effectué sur moi. Ce personnage ne fait pas partie des personnages les plus sympathiques. En effet, il est allé jusqu’à assassiner son frère pour arriver à ses fins, j’admire cette détermination d’aller au bout de ces convictions, de se battre pour atteindre son but. Moi-même, j’ai un rêve qui est de devenir styliste et je vais me démener jusqu’au bout pour peut-être percer dans la haute couture. Je ne lâcherai rien ! Donc j’admire sa détermination, néanmoins je trouve que c’est aller beaucoup trop loin que de tuer quelqu’un juste pour son propre confort, rien ne pourra excuser son acte. Je commence à connaître mon texte petit à petit, mais le connaître pourra peut-être me bloquer dans le jeu du personnage. Quand j’ai un trou de mémoire, j’ai remarqué que je mets trop de temps à improviser, et que mon jeu n’est pas très naturel du coup. J’espère que je réussirai à m’adapter au rôle qui m’a été offert. Axel A.

 

Des nouvelles de novembre de l’option théâtre !

Depuis mes débuts dans l’option théâtre, nous n’avons joué que des pièces modernes. […]. Jouer une pièce classique est un nouveau défi. Le texte au langage ancien paraît plus difficile à apprendre et à comprendre, mais jouer une pièce de Shakespeare est une chance. Les personnages sont uniques et les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres sont spéciales et complexes. Ils sont partagés par de multiples sentiments : Hamlet est tourmenté par le spectre de son père qu’il veut venger sans être prêt à commettre un meurtre. Claudius est un personnage qui abuse de son pouvoir pour lequel il a tué son frère. Gertrude me paraît déchirée et triste ; les décisions qu’elle prend ne sont pas raisonnées comme si, depuis la mort de son mari, elle vivait dans un brouillard épais. Ce personnage m’intrigue et est profondément blessé. J’aimerais beaucoup le jouer. […] . Alycia R.

Nous allons jouer cette année Hamlet de Shakespeare qui dure environ 3 heures. J’avoue qu’en entendant que nous allions jouer du Shakespeare j’ai eu peur. Le texte est écrit dans une langue ancienne, lyrique et difficile à comprendre. De plus, dans les pièces du XVIe-XVIIe s., les personnages ont des histoires d’amour complexes qui s’entrecroisent et qui évoluent en fonction de divers arrangements et intérêts. […] Pierreline G.

Pour ce début d’année de théâtre au lycée, nous avons beaucoup lu de pièces classiques comme Britannicus de Racine ou alors des pièces de Shakespeare comme Hamlet, Macbeth et Roméo et Juliette. Nous avons dû choisir parmi toutes ces œuvres une pièce que nous allons travailler et jouer en fin d’année.

C’est Hamlet qui remporte la victoire !

Pour le moment, je joue le personnage de Polonius, 1er ministre du roi de Danemark qui reste à ses côtés par amitié mais surtout par intérêt. Il profite de sa situation, veut être sur le devant de la scène, désirant presque vouloir être « calife à la place du calife ».

Pour le choix de la pièce, j’étais un peu réticent car, si le contenu des œuvres de Shakespeare reste moderne (leurs histoires pourraient se dérouler de nos jours), leur langage peut sembler obscur : on ne peut pas faire l’impasse d’un mot et l’improvisation sera ardue à mon avis. C’est pour cela que l’apprentissage du texte est plus important encore que celui des autres années. Que de travail en perspective ! Mais maintenant que le défi est lancé, que la machine est en marche, avançons et progressons jusqu’au résultat final… Samuel R.

 

Premières présentations d’octobre :

Cette année de théâtre commence par une première séance avec Renaud, durant laquelle nous nous sommes tous présentés. Tout d’abord, avant les cours de théâtre, nous avons discuté sur le dossier pour le BAC et nous avons même commencé la présentation de ce dossier. Nous avons aussi parlé des projets que l’on peut avoir avec le théâtre du cloître et des pièces que nous allons voir au cours de l’année.

Pour commencer nos séances de théâtre, nous faisons des exercices d’échauffement. On a fait deux sortes d’exercices, soit pour échauffer le corps, soit pour échauffer la voix. […] Puis, nous avons fait des exercices d’improvisation. Il y avait plusieurs extraits de chansons et il fallait lire le passage en jouant un rôle dans une situation que nous avions nous-mêmes choisie sans oublier d’incarner un personnage adéquat.

Ensuite, nous avons eu des devoirs à faire à la maison. Il y avait à lire une comédie ou une tragédie de W. Shakespeare. Certaines personnes ont lu Macbeth ou La Tempête. Il y avait aussi Othello ou Hamlet. Après, nous avons résumé les livres ensemble puis choisi ceux que l’on garde pour peut-être jouer lors de la représentation de fin d’année. Nous avons donc tous décidé de garder Hamlet, Othello et Roméo & Juliette. Pour nous aider, nous avons regardé le film Roméo + Juliette de Baz Lurhman en cours.

Ce début d’année a donc été très intéressant. Nous avons déjà commencé beaucoup de projets, tout en s’amusant. Emily S.

 

Cette année en théâtre, on commence fort ! En même temps c’est l’année du BAC mais je trouve cela assez inédit et assez plaisant. On a commencé les premières séances en accueillant tout d’abord les nouveaux arrivants (Emily, Lisa et Axel), puis on a fait des exercices de présentation. Alycia nous a fait (re)découvrir le super échauffement de l’escargot ainsi que celui du « couic ». Nous avons ensuite travaillé plus en profondeur à l’aide d’exercices basés sur la respiration (où, en toute modestie, j’excelle) afin de nous rendre compte de la différence entre parler fort et porter la voix. Enfin, Renaud nous a demandé de découvrir ce fameux Shakespeare (et Schinspire) à travers ses œuvres. Personnellement je me suis attaqué à Hamlet (le petit gros qui veut venger son père) et j’avoue que cela effraie un peu. Quand on voit la difficulté que représentent ces textes, on remarque que le niveau est monté d’un cran. Après, je l’ai toujours dit et je le redis, notre groupe a toujours été et sera toujours le meilleur de tous. Au final, je pense qu’on va réussir ce pari. Enfin, et pour finir, nous avons regardé ce « chef-d’œuvre » qu’est Roméo + Juliette de Baz Lurhman. Déjà que je trouvais la pièce niaise, le film est pire (hormis Mercutio qui est vraiment trop stylé). Di Caprio est pourtant un de mes acteurs préférés. Enfin bref, cette année s’annonce vraiment bien et j’ai hâte de voir la suite ! Zachary D.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s