Résidences d’auteur(e)

Chaque saison, le théâtre accueille un(e) auteur(e) en résidence. Après Laurent Contamin, Catherine Gualtiero, Boris Lanneau, Hélène Vignal, nous accueillons cette saison Brigitte Coppin.

LANNEAUSIGNATURE

Boris lors de sa lecture & dédicace au Café du Commerce, en décembre 2015, pour la sortie de son livre La fille de la Ville, écrit notamment pendant sa résidence à Bellac. Trop fiers…

gato helene

Le gâteau d’Hélène / Lecture & dédicace chez Hervé Ritter – Antiquaires, pour la sortie de son livre Qui es-tu Morille / Où vas-tu Petit Sabre, écrit pendant sa résidence à Bellac. Encore trop fiers…

Publicités

Interprétez le rôle de vos rêves

titre abadisNous n’imaginions pas forcément, en lançant la thématique « le rôle de vos rêves », le choix des participants… Et tant mieux ! Encore une preuve que le théâtre est encore l’endroit de tous les possibles ! Le samedi 9 juillet, venez découvrir le résultat de ce travail insolite !

Première séance – mardi 22 mars : après une rapide présentation de ce qu’est un théâtre, les participants se jettent à l’eau avec les premiers exercices : le supplice de la chaise, l’énervation de la conversation, l’écartèlement dans l’espace… Mais nous sommes en présence de héros, prêts à tout !

deuxième séance – mardi 5 avril : chacun était bien au rendez-vous, avec sa serpillière… Petite séance de décrassage pour l’esprit… et pour le plateau !

week-end du du samedi 30 avril et du dimanche 1er mai : après le rituel de la serpillière, séance relaxation, puis travail de l’espace…

Promis, la prochaine fois, des photos des séances !

Au 2 juin… Ça bosse dur, ça bosse dur. Après le rituel de la serpillière, travail de relaxation, d’improvisation et de table pour faire se rencontrer les différents personnages choisis par le groupe. Doivent se croiser : une prostituée, Médée, un détective, Roberto Zucco, une acariâtre, Lady Oscar, le petit chaperon rouge… Et quelques autres personnages tout aussi haut en couleurs !

Au 17 juin… On sent la tension monter… Et toujours pas de photos en exclusivité…

Restitution le samedi 9 juillet 2016 pendant le 63e Festival National de Bellac !

14h30 – Médiathèque de Bellac – entrée gratuite

 Atelier théâtre tout public (à partir de 14 ans) animé par Alexandra Courquet et Adrien Ledoux de la compagnie l’Abadis

Atelier d’écriture : le festin médiéval

Atelier animé par Brigitte Coppin, quelques épices, des mots et du vin…

Un festin du Moyen Âge, c’est tout un monde d’odeurs et de saveurs, de mélanges sucré-salé, de contrastes osés, de compositions hardies qui réveillent nos palais et nourrissent notre imaginaire. C’est la beauté des plats et l’extrême raffinement des tables princières, c’est aussi un spectacle au décorum somptueux.

Les 3 ateliers proposaient de faire un voyage gustatif et esthétique : partir à la recherche des épices, entrer dans les cuisines, se pencher sur les sauces et les potages… Imaginer les rencontres entre convives, partager son écuelle et son gobelet, se glisser dans la peau d’un troubadour…

Extraits des ateliers :

Un petit poisson, tout frais, les yeux vifs, se roulait dans la moutarde épaisse, jaunâtre à petits grains bruns. Il rêvait de l’odeur poivrée du carvi, de se vêtir d’une légère tranche fine de poitrine fumée, de grésiller dans le beurre. Le fenouil, la cardamome, la cannelle lui rappelaient l’odeur verte et sucrée des rives herbeuses de son enfance. » Dominique & Philippe

Tu sais, tu sais, ma mie… Tu sais, tu es bien dans le siècle. Et je suis un errant. Tu sais, tu sais, si mon cœur est tout à toi, si je fais la moitié du chemin… Tu sais, si ton cœur parle juste et si ton âme est claire, il te faudra accepter ma différence comme je m’engage à accepter la tienne. Il te faudra accepter ma modestie et mon manque d’ambition. Il te faudra aimer avec moi le bois et les rivières, l’aube hésitante à la lèvre du jour dans l’humide buée de la terre qui s’exalte. Il te faudra aimer le hasard des couches à la nuit venue, le hasard des rencontres, le hasard des nuits sans lune et les morsures de l’hiver. C’est cela le hasard… » […]  Marie-Jo

Rencontre autour du Moyen-âge

Retour sur la causerie qui a eu lieu le samedi 30 avril

Que pensez-vous du film les Visiteurs? Quelle était la condition de la femme? Quels étaient les jeux? L’alimentation? Et parlons de la vigne, la douleur, des terres, de la religion, de l’éducation, de l’hygiène… En une petite heure, Brigitte nous a transporté avec bonheur dans son époque de prédilection, avec des dates, des personnages, des anecdotes, cassant des clichés :  les gens étaient soucieux de leur hygiène et ne craignaient pas de prendre des bains; si les princesses ne souriaient pas sur les tableaux, c’est qu’elles n’avaient plus de dents; le droit de cuissage est un fantasme, comme la ceinture de chasteté; chaque épi de blé avait 3 grains (contre une quarantaine aujourd’hui)… Pour finir en beauté, dégustation de mets médiévaux : beignets de l’Empereur, tourte aux asperges, boudins aux pommes et aux fruits secs, emplumeus de pommes, dariole, gâteau aux noisettes…

samedi 30 avril 2016 – 11h – Médiathèque Jean Giraudoux – Bellac

  « Tout ce que vous avez voulu savoir sur le Moyen-âge sans jamais oser le demander »

Le  Moyen-âge était-il si moyen que ça ? Avait-on plus de libertés ? Où allait-on faire pipi ? Est-ce vraiment Charlemagne qui a inventé l’école ?

Venez poser toutes vos questions à Brigitte Coppin, notre auteure en résidence ! Auteure et porteuse d’Histoire (elle refuse le titre d’historienne !), elle est tombée dans le Moyen Âge quand elle était petite et nous emmènera à l’époque des troubadours, des chevaliers et des bâtisseurs de cathédrales, avec son approche de l’Histoire pleine de vie et d’anecdotes.

Pour célébrer la Fête du printemps, nous aborderons les festivités printanières et les tables bien garnies qui sont l’image même de la fête médiévale. Et, bien mieux que d’en parler, nous vous proposons une petite dégustation de quelques délices venus tout droit du Moyen Âge…

Dans le cadre de la Fête de printemps – en partenariat avec la Médiathèque Jean Giraudoux à Bellac

Avec les C.A.P – Installateurs thermique du Lycée des Métiers de Martin Nadaud à Bellac

On commence d’abord par une visite de l’atelier : découpe, cintrage, soudage, cuivre, acier, perçage, taraudage, filetage, chalumeau, tenue de sécurité, blagues, fierté… Et retour en classe pour chercher les premières idées de scénario, en partant de leurs envies. Et ils ont de grandes idées : apporter l’eau dans leur village, vivre en harmonie avec la nature, construire un puits, moderniser les outils, devenir musicien, avoir un chez soi… Alors on écrit tout ça.

 

Avec les C.A.P – Constructeurs bois du Lycée des Métiers de Martin Nadaud à Bellac

Bon. Ils ont un peu tous oublié d’apporter un objet qu’ils avaient fabriqué. Pas grave. Ils ont expliqué, dessiné avec beaucoup de détails, les différentes étapes pour construire un dessous de plat, un casse-tête. Et oui, ils sont toute et tous capables de se construire une cabane en bois, dans la forêt, si besoin. Leurs rêves : construire un drakkar, un moulin, le Cheval de Troie (pas facile à caser au Moyen-âge)…

 

Avec la classe des CM1 de l’école des Rochettes à Bellac

Des questions, des questions, des questions ! Des enfants et une maîtresse curieux de tout. Ça tombe bien, Brigitte adore ces moments-là. Et cerise sur le gâteau, les enfants se sont tellement pris au jeu qu’ils ont confectionné leur propre valise et l’ont offerte à Brigitte. Avec des vrais morceaux d’amour à l’intérieur. Chacun y a mis une photo de l’objet ou personne qui leur tient le plus à cœur : des chats, des chiens, des chiens, des chats, une montre à gousset, les cousines, l’arrière-grand-père… Séquence sourires et douceur.

On attaque à la séance d’après le scénario : on vote, discute, argumente, pour finir par arrêter une histoire qui plaise à tout le monde. C’est que ce qui les attend n’est pas un exercice aisé. Chaque groupe d’enfants va prendre en charge une partie de l’histoire. Il va falloir faire preuve de rigueur, en plus de l’imagination… Sandra (la maîtresse), Brigitte et moi essayons au maximum d’éviter un nombre de morts, d’assassinats, de snipers (si, si) innombrables en si peu de pages !

 

 

Avec la classe des CM1-CM2 de l’école de deux Tilleuls à Peyrat-de-Bellac

Ça a démarré sur les chapeaux de roues ! Après le temps de la rencontre, nous voici déjà en train de construire le scénario de notre nouvelle, avec un groupe qui s’occupe de la partie fiction et l’autre de la partie documentaire. Car à l’imagination débordante des enfants, il faut apporter un peu de rigueur historique !

Alors, dans notre histoire, il y a : des enfants, un moine, un seigneur malade, une grande forêt pour se perdre, des plantes pour soigner et un château-fort, quand même !

 

Avec la classe ULIS…

Première rencontre… C’est par une belle (mais froide)  journée de février que Brigitte Coppin a débuté sa résidence. Direction les Monts de Blond, pour une excursion en compagnie de la classe ULIS du collège Louis Jouvet de Bellac. Chez Boulette, l’église de Blond, la Pierre Branlante, les Rochers de Puychaud, le menhir de Ceinturat, le pas de la mule et une visite guidée du village de Mortemart… De quoi trouver l’inspiration entre nature et histoire.

Deuxième rencontre. Après cette belle balade, direction la salle de classe pour commencer le scénario de la nouvelle légende des Monts de Blond. Les élèves ont choisi chacun une photo de la sortie et doivent la commenter. Et ils ont rapporté des objets. Chacun de ces éléments doit être intégré dans l’histoire. Ça fuse, cherche, triture, pendant que Maryse, leur professeur, fait office de secrétaire. C’est qu’il faut caser : la pierre Branlante, un arbre gravé d’un cœur, un cygne (qui marche à pas de loup!), un lit de pierre, une chimère, une porte de prison, un homme des bois…

Et voilà le début de l’histoire : Il fait nuit sur le village de Blond. La lune se lève et éclaire le chemin. Un peu plus loin, au bord de l’étang, un cygne magnifique bat des ailes. Soudain, des cheveux roux apparaissent sous les plumes, les ailes se transforment en bras, les pieds palmés deviennent des pieds. […]